PARIS CDG / MANDALAY LE 30 JUILLET



MANDALAY

1NUIT


L’aéroport international de Mandalay se situe à 45 minutes de route du centre-ville. L’option du taxi est à retenir. Nous avons payé 15 dollars pour 3 personnes pour rejoindre l’aéroport. Il y a pas mal de circulation tant qu’on est en ville bien sûr. La suite du parcours est bien plus tranquille car on emprunte ensuite une sorte d’autoroute déserte (si si ça existe aussi en Birmanie) jusqu’à l’aéroport. Insistez auprès de votre chauffeur pour qu’il emprunte cette voie rapide plutôt que les petites routes pour gagner du temps.


LE PONT U BEIN
LE PONT U BEIN

Le pont U Bein est réputé pour être le plus long pont en teck du monde. Il enjambe le lac Taungthaman dans la ville d’Amarapura. Cette ville est située à une dizaine de kilomètres au sud de Mandalay. Son nom signifie la ville des immortels.

Dans mon carnet de voyage en Birmanie, je vous avais dit que j’avais été quelque peu déçu par Mandalay. Le pont U Bein est la grosse exception ! C’est pour moi un incontournable de la Birmanie.

Les deux meilleurs moments pour profiter du pont U Bein sont (comme souvent!) le lever et le coucher du soleil. Il y a moins d’agitation sur le pont et les couleurs sont magnifiques. Différentes possibilités s’offrent à vous pour vous y rendre: en scooter, en taxi (en bus?) ou en prenant un taxi à la journée car il y a d’autres choses à voir dans le sud de Mandalay. Comptez entre 20 et 30 minutes pour rejoindre le pont d’U Bein depuis le centre de Mandalay.


TRAJET MANDALAY / BAGAN

CROISIÈRE BATEAU


CROISIÈRE EN BATEAU POUR REJOINDRE BAGAN
CROISIÈRE EN BATEAU POUR REJOINDRE BAGAN

 

MANDALAY / BAGAN

Nous sommes passés par la compagnie Pioneer Express. Moyennant 32 dollars par personne avec petit-déjeuner, déjeuner et eau compris, nous avons embarqué à 5h du matin. Après 12 heures de croisière environ, nous avons atteint BAGAN. Le bateau était confortable et en plus loin d’être complet. Nous descendons le cours du fleuve Irrawaddy en traversant des plaines inondables peuplées de nomades, l’occasion d’avoir un nouveau regard sur le Myanmar.


BAGAN

4 NUITS


BAGAN
BAGAN

Visiter Bagan, c’est visiter une cité aux milliers de pagodes. Ce n’est pas pour rien que Bagan est l’un des joyaux de la Birmanie. Nous recevons une claque visuelle dès notre arrivée dans la célèbre plaine aux milliers de temples. Après avoir réglé les droits d’entrée  25000 Kyats/personne obligatoires pour accéder à la zone touristique (valable 1 semaine),

Dès notre arrivée, nous louons des scooters électriques à notre hôtel. C’est vraiment un bon plan car cela permet de visiter la plaine de Bagan en silence et à son rythme.

Dès les premières centaines de mètres parcourues, nous avons tout de suite l’impression d’être littéralement plongés hors du temps. Nous ne pouvons évidemment pas nous empêcher de nous remémorer les temples d’Angkor à Siem Reap au Cambodge, avec la liberté de se déplacer librement en plus.

LES TEMPLES DE BAGAN
LES TEMPLES DE BAGAN

La zone d’exploration se situe dans un triangle dont les sommets sont New Bagan à l’Ouest, Nyaung U à l’Est et Bagan au Nord-Ouest. En une bonne vingtaine de minutes, on peut relier facilement Bagan à Nyaungu ou encore Nyaungu à New Bagan en scooter électrique sur route asphaltée. Entre Bagan et New Bagan, une dizaine de minutes suffisent. Ces routes d’un bon état général permettent déjà de voir la majorité des temples et pagodes à ne pas rater lorsqu’on visite la plaine de Bagan. Nous enchaînons les journées d’exploration en scooter électrique. Les sites sont tous plus magiques et romantiques les uns que les autres. Nous nous perdons en empruntant les chemins sablonneux et poussiéreux de la plaine de Bagan. C’est avec des yeux d’enfants que l’on s’émerveille à chaque virage devant tous ses monuments d’un autre temps.

Téléchargez gratuitement l’application maps.me qui vous permettra de vous localiser en direct même sans réseau disponible. Cette application vous évitera donc de vous perdre complètement  Au passage, elle fonctionne partout dans le monde. Idéal pour visiter les temples de la plaine de Bagan à sa

guise en indépendant. 


LE TEMPLE D'ANANDA
LE TEMPLE D'ANANDA

 

Situé à Old Bagan, le temple de l’Ananda est l’un des monuments bouddhiques les plus imposants de la plaine de Bagan. On le repère de loin grâce à sa majestueuse stupa de 55 mètres de haut et couverte d’or. On se rend encore plus compte de la beauté du temple d’Ananda grâce à son architecture indienne et ses 1000 fenêtres en se rapprochant du site en scooter électrique. Une fois à l’intérieur du temple, on fait la rencontre de 4 grands bouddhas mesurant près de 10 m de haut. Les 4 bouddhas invitent les visiteurs croyants à la méditation et à la prière. On croise aussi près de 1500 petits bouddhas dans l’enceinte du temple. Le bâtiment date de 1091 et aurait été bâti par des moines indiens, ce qui explique cette architecture qui nous rappelle la beauté des palaces du Rajasthan.

 


LA PAGODE BUPAYA
LA PAGODE BUPAYA

Aussi appelée « pagode de la Gourde », la pagode Bupaya est la plus célèbre stupa de Old Bagan. Couverte d’or, elle domine les berges du fleuve Irrawaddy, le cours d’eau principal de la Birmanie, et c’est tout l’intérêt de venir y passer un moment pour profiter de la vue. C’est aussi un site plein de vie et c’est aussi l’occasion d’observer les birmans dans leur vie de tous les jours. On s’amuse à observer les bateaux qui remontent non sans mal les forts courants du fleuve. 

Enfin, la pagode Bupaya est aussi connue pour être l’un des spots favoris des voyageurs et touristes pour observer le coucher du soleil.


LE TEMPLE HTILOMINLO
LE TEMPLE HTILOMINLO

 

 

Situé à 1,5 km de Old Bagan sur la route de Nyaung U, le temple de Htilominlo est le dernier grand temple bâti dans la plaine de Bagan. Edifié au début du XIIIème siècle et atteignant les 46 mètres de haut, il se voit de loin. Construit en briques rouges, le monument est particulièrement incroyable aux premières et dernières lueurs du soleil.


LA PAGODE SHWESANDAW
LA PAGODE SHWESANDAW

La pagode Shwesandaw est le rendez-vous incontournable des visiteurs pour observer le coucher du soleil à 360 degrés sur la plaine de Bagan. C’est d’ailleurs depuis la terrasse située dernier étage de cette pagode que nous avons profité de notre premier coucher de soleil sur la plaine de Bagan . La pagode Shwesandaw est le premier temple à avoir eu des escaliers extérieurs. Lorsqu’on gravit les marches de l’un des escaliers menant au sommet de la pagode, on a en effet très rapidement une vue plongeante sur la base du monument. Une fois en haut, quel spectacle ! Nous voici dans un véritable décor de carte postale surplombant la mythique plaine de Bagan. Pas étonnant que la pagode Shwesandaw soit devenu au fil du temps le rendez-vous le plus populaire pour les touristes du monde entier.


LA PAGODE SHWEGUGYI
LA PAGODE SHWEGUGYI

En plus de l’architecture exceptionnelle de la pagode Shwegugyi, ce qu’on a apprécié le plus lors de notre visite du monument bouddhique, c’est de pouvoir profiter de superbes points de vue sur les temples alentours depuis les fenêtres de la pagode. Le bonheur de pouvoir accéder ensuite à l’étage supérieur par un escalier intérieur très étroit permet aussi de profiter de superbes points de vue sur la plaine de Bagan et sur les temples situés aux alentours. Une séance photos s’impose bien évidemment. A l’intérieur de la pagode, le bouddha est encore une fois impressionnant et les objets d’artisanat disposés à droite à gauche confèrent une atmosphère encore plus authentique au site religieux.


MONASTÈRE KYAN SIT THAR UMIN
MONASTÈRE KYAN SIT THAR UMIN

 

A la sortie de Nyaung U sur la route de Old Bagan, nous nous sommes arrêtés au monastère Kyan Sitthar Umin. À mi-chemin entre une grotte et un monastère, ce genre de visite ravit forcément les petits curieux que nous sommes. En plus, c’est rapide et ça change des temples et pagodes.

Mieux vaut se munir d’une lampe de poche lorsqu’on pénètre dans la grotte. Une vieille dame veille à ce que le visiteur ne détériore pas le site qui regorge de peintures religieuses sur ses parois. Aucune contribution n’est demandée pour y accéder. On est au frais pendant qu’on déambule dans le mini labyrinthe au plafond voûté. Un site sans prétention mais tout de même envoûtant


TRAJET BAGAN / KALAW

BUS DE JOUR OU DE NUIT / 7H DE ROUTE.


KALAW

1 NUIT


LE PINE WOODS HOTEL
LE PINE WOODS HOTEL

Il y a un grand nombre d’hôtels qui se situent au centre du village de Kalaw. Mais nous souhaitons vraiment être au calme, en pleine nature. Nous avons opté pour le Pine Woods Hotel. Comme son nom l’indique, l’hôtel se situe en pleine pinède.Cet hôtel est plutôt légèrement excentré par rapport au village de Kalaw mais quand même facilement accessible en 20 minutes à pied sous les pins. 

Il y a des vélos à disposition et là on atteint le centre en 5 minutes.

La chambre que nous occupons pendant 2 nuits est très calme. Sérénité, apaisement, voilà les deux mots qui nous viennent tout de suite à l’esprit. On apprécie l’ambiance « chalet ». On ne s’y attendait tout simplement pas, surtout en Birmanie. La chambre est très propre, pas de bêtes, un balcon avec vue sur le hameau et la pinède, une salle de bain privée avec douche et eau chaude, et une excellente literie.


GREEN HILL VALLEY ELEPHANT CAMP
GREEN HILL VALLEY ELEPHANT CAMP

Après de multiples recherches un peu partout en Asie pour trouver un centre de soins digne de ce nom, sans vice caché et portant un vrai intérêt dans la sauvegarde de cette espèce, nous avons opté pour le Green Hill Valley Elephant Camp.

Après un bon rafraîchissement, nous faisons la connaissance de l’un des fondateur du centre qui nous explique le but et le fonctionnement de ce camp ainsi que le déroulement de la journée. Dans un premier temps, nous apprenons l’histoire de chacun de ces petits pensionnaires. La plupart des éléphants recueillis appartenaient au gouvernement, une fois l’âge maximal atteint, ils ont été admis au centre afin de passer une retraite paisible!  La doyenne est née en 1954 et la dernière pensionnaire a été recueillis il y a une semaine car elle a été retrouvée blessée par …Les pachydermes vivent en totale liberté dans la forêt. Vers 9h les mahouts appellent leurs éléphants respectifs si ces derniers ne sont pas encore descendus d’eux même pour le déjeuner. Ils restent alors jusqu’à 15h30 dans le centre, le temps d’avaler les 150 kgs de nourriture préparés avec soin ( au menu: courge, canne à sucre et boulette de graines).

 Durant cette journée nous sommes chargés de nourrir chacune de ces immenses bouches affamées, de les câliner et de faire prendre le bain à l’un d’entre eux. De plus, ce sera pour nous l’occasion d’en apprendre constamment davantage sur la vie de ces éléphants, les soins qui leur sont attribués, en rencontrant les deux vétérinaires du centre. Chaque pensionnaire a son carnet de santé avec un bilan quotidien de son état de santé, son humeur et comportement. Un carnet rempli avec soin et similaire au notre c’est vraiment sympa.En fin de journée, nous contribuons au plan de sauvegarde et de reforestation de la région en plantant chacun notre petit arbrisseau. Il est 15h30, l’heure de dire au revoir à ces grosses bébêtes auxquelles nous nous sommes attachées et de les observer retourner dans la jungle.

Ce fut une expérience géniale qui restera un moment fort de notre tour du monde.


TREK KALAW / LAC INLE

2 NUIT


3 JOURS DE TREK POUR RELIER KALAW AU LAC INLE
3 JOURS DE TREK POUR RELIER KALAW AU LAC INLE

 

Jour 1 : De Kalaw à La Mine. 8h30 tapante notre guide nous attend en bas de notre guesthouse ! Nous passons dans un premier village de Lu Pyin de l’ethnie des Dahu avant de nous arrêter dans au village de Shar Pin de l’ethnie Pao pour le repas de midi. Pour ce premier repas nous sommes accueilli chez une famille. Vers 14h nous nous sommes remis en route à travers les champs de piment, de gingembre mais aussi d’avocats. Durant cette après-midi nous n’avons pas croisé un seul autre groupe de randonneurs, nos seules rencontres étaient les villageois qui s’activaient dans les champs à la récolte des piments mais aussi au travail de la terre à l’aide de buffles. c’est pile poil au moment du coucher du soleil que nous avons fini par atteindre notre village, La Mine, pour la nuit. Ici nous sommes accueillis dans une belle maison en dur avec bien évidemment un petit cabinet de toilettes au fond du jardin et un bassin en béton à l’extérieur faisant office de réservoir d’eau pour la douche, la vaisselle mais aussi l’abreuvage des boeufs Après un délicieux repas,  nous nous sommes littéralement effondrés sur nos petits matelas en mousses posés à même le sol…

Jour 2 : De La Mine à Pak Tue Puak.  Cette seconde matinée aura probablement été ma partie favorite de ce trek ! Nous avançons d’un bon pas dans ce magnifique paysage vallonné en alternant les champs de chili encore non récoltés et les zones où la récolte a déjà été faite et où du coup les chilis sont posés à même le sol à sécher au soleil ! Par contre à partir de la pause de midi nous étions de retour sur le chemin emprunté par la majorité des randonneurs. En fin d’après-midi nous atteignons le village où la majorité des randonneurs passent leur dernière nuit avant le lac. Un village touristique certes, mais vraiment authentique.

Jour 3 : Direction le lac Inle ! Afin d’éviter de marcher avec tous les autres voyageurs ayant passés la nuit dans le même village que nous notre guide nous a fait la proposition de mettre le réveil de bonne heure afin de nous mettre en route pour 7h tapante ! Alors pour le coup je crois bien que cette proposition était la meilleure idée du siècle ! C’est lorsque nous avons commencé à marcher alors que le soleil pointait tout juste le bout de son nez ! A mesure que nous avancions dans les champs, la brume se dissipait peu à peu… Franchement c’était juste sublime comme atmosphère ! En une bonne petite heure de douce grimpette nous avons fini par atteindre le checkpoint où nous avons été sommés de nous acquitter des droits d’entrées de 13’500 Kyaths par personne pour l’entrée sur le site de lac Inlé ! Descente en direction du lac Inle.  Exit les belles plantations et vergers à perte de vue, ici les cultures laissent la place à la sécheresse absolue ! Après 2h30 de descente nous avons fini par rejoindre le petit village de Ton Le d’où nous avons pris un bateau en direction de Nyaung Shwe.

CONTACT DU GUIDE : bonebone24@gmail.com


LAC INLE

4 NUITS


GOLDEN DREAM HOTEL
GOLDEN DREAM HOTEL

En plus, on a pu gérer la journée en bateau sur place directement avec eux. Côté confort dans la chambre, tout y est. Grands lits confortables, salle de bain privée avec baignoire, climatisation, quelques bouteilles d’eau, thé et café à disposition, et un espace TV avec fauteuils, table basse et canapé. On y croit à peine nous-mêmes après tous les hôtels visités en ville. Côté, service, rien à redire. Le personnel parle très bien anglais et est aux petits soins avec nous. Toujours prêts à nous donner des bons plans dans le coin mais aussi sur Bagan, la prochaine étape de notre voyage en Birmanie, ils gèrent même notre transport. Pour le petit-déjeuner, l’équipe de l’hôtel Golden Dream a eu la gentillesse de nous préparer des toasts sur le pouce à 5h30 du matin le jour de notre exploration du lac Inle. Le lendemain matin, nous avons pris un très bon petit-déjeuner au rez-de-chaussée de l’hôtel, sucré/salé au choix, avant de prendre le bus du matin pour rejoindre Bagan et ses milliers de temples.


LEVER DE SOLEIL MAGIQUE SUR LE LAC INLE
LEVER DE SOLEIL MAGIQUE SUR LE LAC INLE

Afin d’éviter de se retrouver dans un flux de bateaux de touristes à ne plus en finir, nous décidons d’embarquer dès 5h30 sur la pirogue à moteur. Nous nous sommes mis d’accord avec le gars la veille à la réception de l’hôtel. Après quelques minutes à naviguer dans le noir dans un chenal, nous atteignons le lac Inle. La nuit nous quitte au fil du temps qui s’égraine. L’ambiance apaisante qui règne sur le lac Inle nous rappelle celle du lac Tempe sur l’île de Sulawesi en Indonésie. On retrouve les mêmes couleurs bleutées de la brume qui nous entourent. Magique !Nous profitons d’un magnifique lever de soleil, à l’arrêt, tranquilles à guetter les premiers pêcheurs traditionnels qui se mettent au travail. Les pêcheurs traditionnels flottant autour de leurs bateaux sur le lac nous donnent le sentiment de remonter dans le temps. Ils jouent aux équilibristes, comme entrelacés autour de leur pagaie. Le spectacle est inoubliable et surtout unique dans le monde.


MARCHÉ LOCAL SUR LE LAC INLE
MARCHÉ LOCAL SUR LE LAC INLE

 

Nous faisons un premier arrêt dans un marché local que l’on surnomme le marché des 5 jours du lac Inle. C’est le point de rendez-vous de pas mal de minorités autour du lac et donc un endroit plein de vie. Tout ce qu’on aime. Nous prenons le temps de nous imprégner de l’ambiance. Le marché des 5 jours est en fait un marché qui se déplace de village en village. Mieux vaut donc être bien accompagné pour trouver le bon !


PAGODE DE PAYA PHAUNG DAW OO
PAGODE DE PAYA PHAUNG DAW OO

 Lors de notre périple sur le lac, nous visitons aussi des monuments religieux de premier ordre comme la pagode de Paya Phaung Daw Oo, la pagode la plus sacrée du lac inle. Elle se visite pieds nus. Il y a tellement de pigeons tout autour du site bouddhiste qu’on se croirait presque à Venise. C’est romantique mais on ne vous raconte pas l’état de nos pieds à la fin de la visite. C’est simple même le batelier a pensé à emporter des lingettes désinfectantes. Bon à savoir : à l’intérieur de la pagode, les appareils photos et cameras sont taxés d’un droit d’entrée. Sinon, la visite en elle-même est gratuite.


VISITER LES JARDINS FLOTTANTS DU LAC INLE
VISITER LES JARDINS FLOTTANTS DU LAC INLE

Le lac Inle s’étend sur 22 kilomètres de long et 11 kilomètres de large. 30% du lac sont couverts de jardins flottants, un chiffre qui ne cesse d’ailleurs de croître. La situation a atteint un tel seuil d’occupation que l’eau du lac est de plus en plus polluée, pollution due aussi au nombre croissant de pirogues à moteur. Conséquence : les poissons sont de plus en plus rares. Et en manger serait parait-il devenu dangereux pour la santé. Les jardins flottants représentent un univers pourtant très tranquille. Il est très agréable de naviguer à travers les parcelles. Les villageois arrivent à faire pousser des pieds de tomates, des concombres, des courges etc. La production est garantie par l’apport continue en nutriments et en eau.


MONASTÈRE BOUDDHISTE DE NGA PHE CHAUNG
MONASTÈRE BOUDDHISTE DE NGA PHE CHAUNG

Avant de quitter le lac Inle et de rejoindre notre hôtel, nous faisons une dernière halte dans le monastère bouddhiste de Nga Phe Chaung. Une fois entrés dans le bâtiment, un certain respect et un silence sans faille règnent. En son centre, une multitude de statues de Bouddha siègent. Nous en faisons le tour tandis qu’elles semblent scruter nos moindres faits et gestes. Ambiance apaisée et apaisante assurée. Ce monastère est connu pour ses chats. Ils faisaient la sieste lors de notre passage. Dommage, car il paraît que les chats font la fête aux religieux du monastère devant les voyageurs et c’est pourtant l’attraction n°1 du site.


TRAJET LAC INLE / YANGOON

BUS DE NUIT DE 21H À 5H


YANGON

2 NUITS


SHWEDAGON
SHWEDAGON

Visible de presque partout à Yangon, cette pagode est l’un des sites les plus sacrés du bouddhisme. Le zedi haut de 100 m, couvert de 27 tonnes de feuilles d’or et orné de milliers de diamants et autres pierres précieuses, renfermerait huit cheveux du Bouddha Gautama ainsi que des reliques de trois précédents bouddhas. Quatre longs escaliers conduisent à la terrasse principale qui, selon le moment de la journée, peut être tranquille et propice à la contemplation, ou animée et bruyante. Elle est particulièrement paisible à l’aube. Au crépuscule, le soleil couchant fait rougeoyer le stupa doré. Des guides indépendants vous proposeront leurs services et vous fourniront de plus amples détails. Des tour-opérateurs organisent aussi des visites guidées ; Khiri Travel propose un circuit intéressant, qui comprend les alentours de la paya. Un petit point de détail, il faut tourner autour de la pagode dans le sens des aiguilles d'une montre et comme c'est un lieu sacré, il faut vraiment avoir des bermudas longs (en dessous du genou).


CHAUKHTATGYI
CHAUKHTATGYI

Dans un vaste abri à toit métallique, ce superbe bouddha couché de 65 m est moins connu et plus grand que celui de Bago. Son visage placide est surmonté d’une couronne incrustée de diamants et d’autres pierres précieuses. Près des pieds du Bouddha se tient un petit sanctuaire dédié à Ma Thay, un saint homme qui aurait le pouvoir d’arrêter la pluie et de garantir aux marins une traversée paisible.Oui c est un des plus grands bouddas couchés au monde : 70 m sur 17m... mais comme c est kitch Des yeux de verre, avec des cils, les ongles des pieds vernis ...

Heureusement qu à côté de cela, il y a de nombreux petits bouddhas représentant à chaque fois qq chose de différent : celui qui prend la terre à témoin, la protection, l éducation ...

A noter une fresque sur le fonds qui raconte la vie de bouddha


PAYA NGAHTATGYI
PAYA NGAHTATGYI

 

 

 

 

Quasiment en face de la paya Chaukhtatgyi, la paya Ngahtatgyi renferme un splendide bouddha assis de 14 m. Cette statue blanc et or à l’attitude paisible, rehaussée d’une myriade de pierres précieuses, est l’un des plus impressionnants bouddhas assis du sud du Myanmar. La paya mérite la visite, ne serait-ce que pour l’arrière-plan en bois sculpté.


CENTRE VILLE
CENTRE VILLE

Le centre-ville de Yangon est un livre d’Histoire à pages ouvertes. A peine débarqués du taxi, nous avons l’impression d’être arrivés à la Havane à Cuba. En effet, contrairement aux autres pays du Sud-Est asiatique, la Birmanie est un pays qui a été colonisé par les anglais au XIXème siècle. En 1824 plus précisément, Yangon est carrément devenue la plaque tournante du commerce avec l’Occident. Et ça a duré jusqu’en 1948, année où le Myanmar a obtenu son indépendance. Malgré les bombardements qu’a subi Yangon pendant la seconde guerre mondiale, d’innombrables bâtiments coloniaux ont tenu le choc. La ville de Yangon détient d’ailleurs le record du plus grand nombre de bâtiments coloniaux en Asie du Sud-Est. Il y a des façades de bâtiments fascinantes à découvrir à tous les coins de rue, certaines restaurées, d’autres non. C’est ce qui confère à Yangon son côté unique.


MARCHÉ DE LA 26ÈME RUE
MARCHÉ DE LA 26ÈME RUE

Nous adorons découvrir une ville au travers de ses marchés locaux. On ne déroge pas à la règle à Yangon. Notre première visite du centre-ville est dédiée au quartier autour de la 26ème rue où le marché du matin prend place. On déambule entre les étals colorés de fruits et légumes mais aussi de tissus et d’artisanats. Un festival de couleurs et d’odeurs. Ce marché se situe en plein centre-ville de Yangon, au milieu des bâtiments coloniaux, non loin de la Pagode Sule mais aussi d’un autre marché que les touristes visitent en quête de souvenirs, le marché de Bogyoke. On y trouve notamment des tissus et des bijoux.


RESTAURANT SK HOT POT
RESTAURANT SK HOT POT

L’originalité de ce restaurant très fréquenté par les birmans est qu’il n’y a pas de carte. On choisit tout seul ce que l’on veut manger en ouvrant comme chez Picard des congélateurs où poulet, légumes, etc. se côtoient. Un code couleur détermine les prix de chaque portion. Tout est frais, c’est le cas de le dire !

Ensuite, c’est simple. Pendant que l’on choisit ses ingrédients, un serveur met le gaz en route. La table a la particularité d’avoir un espace intégré qui permet de faire chauffer le bouillon dans lequel on va plonger tous nos bons ingrédients. Au bout de quelques minutes, la cuisson est prête. On déguste en se servant directement dans la casserole.

Adresse : rue Kabar Aye Pagoda à côté de l’hôtel Golden Butterfly.


TRAJET YANGON / KUALA LAMPUR

VOL DIRECT 3H : 52€


KUALA LUMPUR

2 NUITS


VISITE DES TOURS PETRONAS
VISITE DES TOURS PETRONAS

C’est certainement l’emblème le plus visible dans le ciel de Kuala Lumpur. Il s’agit du symbole de la ville mais aussi de la Malaisie. 

Conçues par l’architecte argentin Cesar Pelli, les tours jumelles Petronas ont été inaugurées en 1998, après 6 ans de travaux. Elles mesurent au total 452 m, du sol au bout de l’antenne, pour 88 étages. La passerelle d’acier qui relie les 2 tours, le Skybridge se situe au 41ème étage, à 170 m du sol. Elle fait partie des zones d’accès aux visiteurs (voir plus bas, ma visite des Tours). Un problème de verticalité

Le saviez-vous ? L’une des tours n’est pas parfaitement verticale. Pendant sa construction, la tour N°2 penchait vers sa jumelle, de sa base au 60ème étage environ. Pour éviter de devoir tout détruire pour tout reconstruire ensuite, les architectes ont décidé de compenser l’écart du 60ème au 88ème étage, pour récupérer une verticalité parfaite. Bien évidemment, ce phénomène est impossible à déceler à l’oeil !

 

Que trouve-t-on dans les Tours Petronas de Kuala Lumpur ?

Au départ, il s’agissait des bureaux du groupe pétrolier malais Petronas. Mais aujourd’hui, on y trouve également un centre commercial avec des centaines de boutiques et lieux de divertissement (comme un aquarium, une salle de concert ou un cinéma) mais aussi un centre de conférence dernier cri et une mosquée. Tout commence au -1 de la Tour N°1. Depuis l’entrée principale, prenez les escalators qui descendent d’un étage pour rejoindre la billeterie et le contrôle avant l’entrée dans les tours.

Après un brief rapide sur le fonctionnement de la visite, Nous embarquons dans le 1ère ascenseur. Pendant les quelques minutes de la montée, une animation vidéo est projetée sur les murs pour donner la sensation de grimper les étages dans un ascenseur de verre. Le Skybridge qui relie les Tours Petronas : C’est notre 1er arrêt au 41ème étage. Nous avons 10 min pour aller sur le pont et en profiter pour faire des photos. Le Skybridge est n’est pas un pont fixe qui relie les 2 tours. Il est en fait en mouvement permanent. Grâce à un système de rotules, il s’adapte aux mouvements des tours. 

La vue depuis le SkyBridge est juste magnifique : une vue à 360° ou presque sur la ville, ses buildings et ses construction. 

Le 83ème étage, boutique et zone tampon. Le 86ème étage, l’Observatoire des Tours Petronas. Il couvre l’ensemble de l’étage. Et la vue est cette fois à 360° sur toute la ville. Mais c’est surtout la vue sur la Tour N°1 toute proche qui reste magnifique. On a l’impression de pouvoir l’attraper tellement elle parait proche. Chaque jour, près de 1 200 billets sont mis en vente pour grimper au sommet des tours Petronas. La moitié est en vente direct à la billetterie des tours (niveau -1 par les escalators quand vous entrez dans la tour n°1 depuis le métro), sur le principe du 1er arrivé, 1er servi. 50% des billets sont mis en vente directement sur le site internet des Tours Petronas. En payant en ligne, vous pourrez choisir votre jour et votre horaire pour la visite. Une autre solution, consiste à passer par le site GetYourGuide où là vous n’aurez à vous occuper de rien (si ce n’est choisir la date et le créneau). En effet, les tickets seront livrés à votre hôtel la veille de votre visite.


LE PARC KLCC
LE PARC KLCC

 

Au pied des tours, c’est certainement depuis ce parc que vous en prendrez plein les yeux. Assez grand pour se permettre de s’éloigner un peu des tours pour les voir encore mieux. Ou pour les prendre en photos entourées de nature par exemple. En soirée, nous décidons de retourner admirer les tours Pétronas, coté parc cette fois. Il y a beaucoup plus de monde ! Surtout au bord du bassin pour admirer le spectacle son et lumières des fontaines qui a lieu tous les jour à partir de 2àh. Honnêtement, c’est sympa et cela ne prend pas beaucoup de temps. Posez-vous sur les marches ou directement au bord de l’eau. 


LE SKY BAR DE L'HOTEL TRADERS
LE SKY BAR DE L'HOTEL TRADERS

 

La vue depuis le Sky Bar de l’Hôtel Traders C’est certainement l’un des meilleurs spots pour observer les Tours Petronas s’illuminer à la tombée de la nuit, il offre une vue direct sur les Tours Petronas, sans aucun obstacle en vue. Si ce n’est la présence de vitre qui génèrent pas mal de reflets. Il s’agit d’un bar assez chic avec une piscine en plein milieu (ouverte uniquement la journée).

Ici, pas de panique, on vous laissera monter tranquillement jusqu’au Sky Bar sans rien vous demander. Si vous avez de la chance, attrapez vite une place sur l’un des canapés rouges juste à coté des baies vitrées, c’est de là que le spectacle est grandiose. Si vous arrivez avant la tombée de la nuit, vous pourrez en profiter pour voir les Tours Petronas s’illuminer petit à petit au fur et à mesure de l’avancée de l’heure. Et même admirer le spectacle des fontaines illuminées qui a lieu tous les soirs à partir de 19h, juste au pied des tours. Effets garantis.  


BATU CAVES
BATU CAVES

 

Batu Caves est un site religieux Hindou. C’est d’ailleurs le plus grand et le plus fréquenté en dehors d’Inde. Il est très facile de s’y rendre en transport en commun. Ormis les festivités hindoux que vous pourrez croiser, l’autre grosse animation du site ce sont les singes ! Ils sont partout,  ils ne sont pas farouches et sont intéressés que par la nourriture. 


LE KL BIRD PARK
LE KL BIRD PARK

 

 

Classé dans le top 5 des incontournables à Kuala Lumpur, un immense parc abritant plus de 3000 volatiles (200 espèces différentes) dont les emblématiques Hornbill et de magnifiques perroquets. Une visite de 2h en pleine nature et pourtant dans le centre de la ville.


LE FOREST ECO PARK
LE FOREST ECO PARK

Au pied de la KL Tower, se trouve le Forest Eco Park. Un parc protégé composé de chemins de randonnée et de passerelles en pont de singe. Des passerelles qui permettent d’avoir d’un côté, la KL Tower et la forêt. Et de l’autre, la ville et ses buildings. C’est dingue d’être en plein milieu de Kuala Lumpur et de se croire au beau milieu de la forêt. Les passerelles sont sécurisées bien que vieillissantes. Elles offrent une agréable promenade en hauteur.

Le Forest Eco Park est clairement un des incontournables de Kuala Lumpur. En plus, c’est gratuit !


CHINATOWN
CHINATOWN

Le quartier Chinois de Kuala Lumpur ne se résume pas qu’à une rue (Petaling Street), remplie de stands de contre-façons et de restaurants. Il y a également sur Petaling Street, 3 magnifiques temples (Chan See Yhu Temple, Guan Di et Sin Sze Ya) ouverts gratuitement au public et très fréquentés par la communauté chinoise. Des petits temples plein de charme et finalement loin de l’agitation et du fake de Petaling Street.


TRAJET KUALA LUMPUR / CAMERON HIGHLANDS

4H DE BUS POUR ALLER À TANAH RATA


CAMERON HIGHLANDS

2 NUITS


TANAH RATA
TANAH RATA

La ville de Tanah Rata n’a pas un charme particulier, mais son architecture détonne quelque peu. Avec ses collines vertes et ses immeubles à l’inspiration suisse, on se croirait presque quelque part en Europe.

Une rue principale surchargée de restaurants, d’agences proposant des tours à la journée et même un starbuck nous confirment que nous sommes en territoire hautement touristique.


CAMERON VALLEY
CAMERON VALLEY

C’est un monde végétale aux camaïeux de verts qui va nous envelopper pendant quelques jours. Une fraicheur relative succède à la chaleur accablante de la capitale. Comme leur nom l’indique, ce sont des terres en altitude dont le climat humide propice à l’agriculture a attiré les exploitants de thé. Nous passons un moment à sillonner dans les allées de la plantation. Une vue sur un pan de la plantation nous scotche et nous immobilise pour une séance photo comme nous en faisons rarement.


RANDONNÉE AUTOUT DE TANAH  RATA
RANDONNÉE AUTOUT DE TANAH RATA

Le lendemain nous décidons de randonner un peu autour de Tanah Rata. La plupart des hébergements disposent d’une carte des sentiers et pour être sûrs de ne pas vous perdre vous pouvez télécharger l’application maps.me qui fonctionne hors connexion et signale les sentiers (car il n’y a pas vraiment d’indications sur place). Nous optons pour le sentier 10. Il faut dire qu’il nous suffit parfois de quelques détails surprenants de mère nature pour faire notre bonheur pour la journée. Un escalier naturel en racines, une cabane concoctée par l’entrelacement de lianes ou des épines menaçantes seront nos petites pépites de la journée. Le point de vue à l’arrivée est quelque peu décevant, nous apercevons la ville et ses environs où de grandes constructions commencent quelque peu à gâcher le panorama. Nous avions déjà pu nous rendre compte de ces aménagement en arrivant en bus.


TRAJET TANAH RATA / GEORGETOWN

5H DE BUS


GEORGETOWN

2 NUITS


 

Fans de Street-Art, nous avons été néanmoins un peu déçus par les œuvres proposées. Bien qu’elles soient très nombreuses et un peu partout dans le centre, il n’existe que deux styles d’oeuvres. Un style fer forgé noir qui explique généralement la ville, le quartier ou le nom des rues. À mon sens, on s’éloigne du Street Art car ces œuvres ont du être commandées par la ville et produites ailleurs que sur le lieu où elles sont exposées.


LE KEK LOK SI TEMPLE
LE KEK LOK SI TEMPLE

Il existe également dans la Georgetown de nombreux temples, mosquées et autres lieux de culte à voir au cours de votre balade. Le plus grand temple Chinois de la région avec une statue immense au sommet : le Kek Lok Si Temple (gratuit).Une petite grimpette de quelques marches pour rejoindre les temples. Le site est immense, très coloré donc très beau. Nous prenons le temps de faire le tour des différents temples avant de prendre le funiculaire (3RM) pour rejoindre la statue et le parc qui l’entoure. L’endroit est paisible et très calme. Même si de nombreux touristes montent jusqu’à ce point de vue.


LES CLAN JETTIES
LES CLAN JETTIES

Les clan jetties sont des villages flottants chinois datant du XIXe siècle. Construits anarchiquement avec les moyens du bord à l’époque ces quartiers ont accueilli les immigrés, qui, pour s’entraider, se sont réunis par clan. Plusieurs de ces jetties sont encore aujourd’hui habités par les descendants de ces différents clans. Mais ces derniers travaillent désormais en ville et leur cadre de vie s’est grandement amélioré.

Le Chew jetty est sûrement le plus touristique. La ruelle principale est bordée d’échoppes à souvenir, de marchands de glaces et autres spécialités au durian. Le charme des jetties réside dans de minuscules détails. Une porte entrouverte sur la vie d’une famille, un vélo diablement photogénique devant une porte qui l’est tout autant, une bougie allumée sur le perron, les vapeurs d’encens s’échappant du temple… On se sent un peu voyeur dans ce microcosme exigu, mais l’accueil est chaleureux.


LES KONGSI
LES KONGSI

Autre marqueur de la présence chinoise à Georgetown, les Kongsi. Il s’agit de maisons de clans chinois qui avaient pour fonction de soutenir économiquement les membres d’un même clan afin de les aider à réussir sur cette nouvelle terre d’accueil. Certains Kongsi comme le Khoo Kongsi étaient tellement développés qu’on pouvait parler de village au sein de la ville. Il possédait son propre temple, son système éducatif, financier et social. Ce mode d’organisation eu un rôle très important, puis s’est progressivement atténué. Situé au cœur du centre ville classé par l’Unesco, le Khoo Kongsi est intéressant de part la richesse de ses édifices et de son état de conservation, mais également car il dispose d’une exposition interactive retraçant l’histoire des chinois arrivés en Malaisie et le rôle des Kongsi. C’est selon moi une visite très intéressante du point de vue culturel.


Enfin, la ville est réputée pour ses « shop houses », ces maisons étroites sur un étage dont le rez de chaussée servait de boutique et l’étage de maison pour le commerçant chinois et sa famille. Au centre de ces « shop houses » se trouvait une cour. L’alignement de ces shop house est particulièrement photogénique et donne beaucoup de cachet à la ville. Nous avons eu la chance de loger dans l’hôtel Areca qui a réhabilité plusieurs « shop houses ». Les structures verticales ont été conservées mais elles ont été ouvertes sur les côtés de manière à créer une continuité et former ainsi une belle enfilade et un joli patio intérieur. Être logé dans un bâtiment historique permet de vivre encore plus intensément la ville et son histoire. Une belle manière aussi de conserver ces maisons parfois à l’abandon et leur donner une seconde vie tout en respectant leur architecture initiale.


LE TEMPLE WAT CHAIYAMANGALARAM
LE TEMPLE WAT CHAIYAMANGALARAM

En relation avec la diaspora chinoise, mais pas que, se trouvent de nombreux temples bouddhistes à Georgetown. Peu accoutumés à visiter une pelletée de temples, Georgetown nous a conquis au point de nous faire faire la tournée des temples bouddhistes.

Le temple thai du bouddha incliné Wat Chaiyamangalaram

Le plus chatoyant d’entre eux est celui de « Reclining Buddha Wat Chaiyamangalaram » qui comme son nom l’indique accueille un bouddha couché très impressionnant. Aussi spectaculaire, l’entrée du temple Thai et ses dragons en mosaïque de verre étincelant. Juste en face de ce temple, se situe un autre temple bouddhiste, cette fois ci d’origine Birmane. Plusieurs édifices le composent avec des bouddhas debouts ou assis. On y retrouve toute l’iconographie bouddhiste, ainsi que des animaux emblématiques comme le cerf. Le jardin entre les bâtiments est très agréable et peut permettre à vos enfants de gambader un petit peu tout en observant les poissons et les tortues des différents bassins.


LE TAMAN NEGRA PULAU PINANG
LE TAMAN NEGRA PULAU PINANG

Le Taman Negara Pulau Pinang  a une petite  surface de 25 km2. Ce qui ne l’empêche pas d’être très riche d’un point de vue paysager (6 types d’habitats) et faunistique (une cinquantaine espèces d’oiseaux, plus de 140 animaux différents). Parmi les écosystèmes présents dans le parc, il y a bien entendu de la forêt tropicale, des plages de sables fins et des récifs coralliens, mais également de la mangrove et un lac méromictique.  Le sentier le plus populaire longe la côte et mène à monkey beach (Tuluk Duyung). Il faut environ 1 à 2h pour y accéder. En général, le retour s’effectue en bateau.  La plage en question contient quelques installations et est réputée pour ses nombreux singes qui n’hésitent pas à s’approcher des visiteurs.  Il est possible de poursuivre ce sentier jusqu’à un phare (comptez 1h45 de plus aller). Il était fermé en partie lors de notre passage (février 2018). Le sentier en direction de turtle beach (Pantai Kerachut) qui traverse la jungle pour accéder à une plage où vienne pondre les tortues. Ce sentier peut réserver quelques passages difficiles à cause des racines et de la chaleur mais il reste accessible même avec un enfant. Il faut compter entre 1h30 et 2h aller. Pour le retour, il est possible de prendre un bateau pour rejoindre la monkey beach puis l’entrée ou rebrousser chemin à pied. Un dernier sentier permet de rejoindre les campements les plus éloignés de l’entrée que sont Kem Seraya et Bukit Batu Hitam à respectivement 4h et 6h de l’entrée. Il y a 4 campements disponibles au sein du parc. Les campements disposent de toilettes et d’eau mais celle ci n’est pas potable. Prévoyez large car il fait très chaud et humide dans ce parc, on a donc tendance à boire plus fréquemment. Malgré la beauté des plages, ce parc national n’est pas vraiment idéal pour se baigner. Les méduses y sont très nombreuses en fonction des saisons et certaines plages sont traversées par des courants dangereux. Sur la turtle beach (Pantai Kerachut), un panneau met en garde les visiteurs, il indique le nombre de personnes décédées après avoir tenté une baignade ici. C’est assez dissuasif !

La plage la meilleure pour se baigner est sans doute la monkey beach, mais elle est bien plus fréquentée que le reste du parc. Prenez garde aux panneaux pour savoir si les méduses sont présentes ou non. Le parc national étant petit, les animaux sont très concentrés et il est très facile de les observer. Comme dans la plupart des parcs nationaux, les animaux sont visibles au début des sentiers car ils sont habitués aux passages, qu’il y a souvent des poubelles et que malheureusement certains visiteurs les nourrissent parfois. Ils sont donc moins craintifs, mais aussi plus agressifs. Vous pourrez observer des animaux partout dans le parc et personnellement, je préfère largement les rencontrer dans les arbres plutôt que près des poubelles !

Vous pourrez observer sans aucune difficulté des aigles pêcheurs (tête blanche et corps marron), des varans, des macaques, des semnopithèque obscurs, des écureuils géants et de nombreux oiseaux (hérons, martins pêcheurs …). 


TRAJET GEORGETOWN / ILES PERHENTIAN

VOL DE 55 MINS : 40€


ILES PERHENTIAN

5 NUITS


ILE DE BESAR
ILE DE BESAR

Situées au Nord Est de la Malaisie, à 19km des côtes, les îles Perhentians font partie des plus belles îles et plages de Malaisie. Bien que touristiques, elles abritent des plages magnifiques et disposent de fonds marins exceptionnels. Des îles idéales donc pour faire de la plongée et du snorkeling en Malaisie.

Nous avons privilégié l’île de Besar plutôt que l’île de Kecil car nous voulions être au calme. Mais aussi, parce que les plages de Perhentian Besar sont réputées plus belles. Et oui, forcement si l’on vient passer du temps sur les îles des Perhentian c’est en partie pour ne rien faire. Simplement profiter des plages, de la mer et du soleil. De toute façon, avec la chaleur et le soleil qui tape très fort, si vous ne voulez pas ressembler à une écrevisse, il faudra vous reposer à l’ombre !


TOUR EN SNORKELING
TOUR EN SNORKELING

 

L’activité incontournable dans les îles Perhentian est le tour en snorkeling. Plusieurs tours sont proposés avec différents spots. Nous avons opté pour le tour normal comprenant 3 arrêts : Turtle Point, Fish and Corral Point et Shark Point. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces spots tiennent bien leur nom. En effet, à chaque fois nous avons vu ce que nous devions voir. À savoir des tortues, des poissons, des coraux et même (furtivement) un requin. Enfin, le tour dure 2h et coûte 40RM par personne.


TRAJET ILES PERHENTIAN / MALACCA

VOL 1H35 : 30€


MALACCA

2 NUITS


PATRIMOINE MONDIAL UNESCO
PATRIMOINE MONDIAL UNESCO

Plus ancienne ville portuaire de Malaisie, Malacca a longtemps joué un rôle important de part sa localisation. Malacca se situe entre Kuala Lumpur et Singapour. Son centre-historique est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 2008. Malacca a été colonisée successivement par les Portugais, les Hollandais puis par l’Empire Britannique. Ces 3 pays ont laissé des traces de leur colonisation dans Malacca. Ajoutez à cela, les Chinois, les Indiens, les Musulmans, les Malais et vous avez un sacré mélange de cultures. Et bien c’est ce mélange de cultures qui caractérise Malacca. D’une rue à une autre, le décor change complètement. Enfin, pendant 2 jours à visiter Malacca, nous avons eu l’impression de voyager dans plusieurs pays à la fois.


LA MOSQUEE STRAIT
LA MOSQUEE STRAIT

 

 

Malacca Island abrite l’un des joyaux de Malacca : la mosquée Strait (Masjid Selat). Une mosquée flottante qui ressemble énormément au Palais d’Aladin. Très belle de jour, elle est sublime de nuit ! 

Au moment du coucher du soleil, la mosquée s’illumine de vert et les fidèles accourent à l’appel de la prière. Un magnifique spectacle avec, comme toile de fond; la mer, le soleil qui se couche et l’appel à la prière.


CHINATOWN
CHINATOWN

Nous commençons cette journée par le quartier chinois de Malacca : Chinatown. Une petite dizaine de rues forment ce quartier organisé autour de Jonker Street. Malgré le fait que le quartier ne soit pas entièrement piéton, il est plutôt agréable de s’y promener. L’architecture ressemble à celle que nous avions découverte pendant notre voyage de 6 semaines en Chine ! 

Jalan Tukang Besi Street est à ne pas manquer également. Elle a la particularité d’abriter sur moins de 200 mètres : un temple chinois, un temple indien et une mosquée. Comme dans le reste du centre historique de Malacca, il y a un nombre impressionnant de musées (payants) dans Chinatown. Enfin, c’est dans ce quartier que se trouve la majorité des hôtels et auberges.


DUTCH SQUARE
DUTCH SQUARE

 

Après une bonne dose de Chine, nous rejoignons Dutch Square. Dutch Square est le paysage carte postale de Malacca / l’incontournable de Malacca. Une petite place avec une fontaine et des bâtiments tous rouges (musées, église, Tour de l’horloge, …). Impossible de visiter Malacca sans passer par Dutch Square ou la place « rouge » de Malacca. L’autre intérêt de Dutch Square, ce sont les nombreux rickshaw qui proposent de faire un tour en ville. Le concept : des genres de pousse pousse / tricycles ultra kitch avec comme fond sonore de la musique des années 90. Plus kitch, tu meurs ! Les singapouriens en raffolent. Comptez 40RM pour un tour d’une heure en rickshaw.


EGLISE SAINT PAUL
EGLISE SAINT PAUL

 

Après avoir cherchés le rickshaw le plus kitsch nous grimpons au sommet de la colline où se trouve l’église Saint Paul. L’église Saint Paul qui date de 1521 a la particularité de ne plus avoir de toit. Depuis le sommet de cette colline, la vue sur Malacca est très belle. On y voit notamment la tour panoramique Menara Taming Sari, le bateau du musée maritime et la mer.


STREET ART
STREET ART

 

 

 

En milieu d’après midi, après nous être reposés à l’ombre, nous allons à la villa Sentosa en longeant la rivière. Une agréable balade d’environ 30 minutes au bord de la rivière sur des quais entièrement rénovés. En plus, il y a beaucoup d’œuvres de Street art tout le long des quais. Sympa !


LA VILLA SENTOSA
LA VILLA SENTOSA

 

 

 

Quant à la villa Sentosa, il s’agit d’une maison typiquement malaisienne qui se visite. On y découvre toutes les pièces d’une maison typique de Malaisie. Malheureusement, une fois de plus, il s’agit davantage d’un musée que d’une vraie maison. L’entrée et la visite est gratuite (donation). 


TRAJAT MALACCA / KUALA LUMPUR

2H DE BUS


KUALA LUMPUR

1 NUIT


TRAJET KUALA LUMPUR / PARIS